La l'Uby des Moutons

Notre Introduction Vidéo

J’espère que cette introduction de nos nouvelles vidéos vous plaira. Pourquoi l’hirondelle est notre logo ? Tout simplement, la nostalgie envahit notre jeunesse où il y avait beaucoup de fermes et d’éleveurs. Ils étaient plus respectueux de notre nature et chaque année afin de remercier les paysans hospitaliers, les hirondelles revenaient nicher dans l’étable. Aujourd’hui, avec émotion, j’ai beau regarder le ciel et je vois de moins en moins d’hirondelles. On laissait toujours la fenêtre ouverte, la porte de la bergerie afin qu’elles puissent s’installer, construire son nid, et élever ses petits. Toute la journée le bec ouvert, elles volaient et avalaient, mouches et insectes de toute sorte. C’était le printemps qui arrivait et lorsqu’elles partaient l’hiver approchait. L’hirondelle fait partie des animaux des prairies, les éleveurs se meurent en silence sans émotion et les hirondelles abandonnent nos vies.

Patrimoine – Éco-Pâturage – Éducation

Larressingle est homologué comme un des « Plus Beaux villages de France » et accueille en moyenne chaque année 133 000 visiteurs. Le village est ceint d’un rempart polygonal de 270 m de tour presque intact sauf à l’est. L’enceinte s’ouvre à l’ouest par une haute porte fortifiée à bretèche. Le pont-levis qui le précédait est aujourd’hui remplacé par un pont fixe encadré de deux piliers étroits. Les murs parfois encore entourés de courtines et de créneaux sont renforcés par des tours carrées.

Le pont d’Artigues

Situé à proximité de Larressingle, il est classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO en tant que point de passage des chemins de Compostelle en France. C’est un ouvrage néo-roman de quatre arches qui reste l’un des rares témoins contemporains du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. À proximité, s’élevait un couvent qui a, aujourd’hui, disparu.

Le château-donjon

Sa masse trapézoïdale à quatre niveaux, flanquée d’une tourelle hexagonale, est percée de fenêtres géminées ou à meneaux ; l’intérieur, ruiné, laisse voir en surplomb quelques cheminées monumentales.

L’église Saint-Sigismond

Le château possède une église romane dédiée à saint Sigismond. L’édifice datant du XIIe et XIIIe siècle est classé au titre objet des monuments historiques depuis 1988. À noter que la statue de saint Sigismond, réalisée à la fin du XIX siècle ou au début du Xx siècle par la fabrique toulousaine de François-Dominique Monna, est une réduction du Vercingétorix d’Aimé Millet érigé en 1865 à Alise-Sainte-Reine, site du siège d’Alésia.

Le collège St Exupéry à Condom

Notre troupeau continue son chemin, ce jeudi 24 mars 2022, nous sommes partis de Larressingle avec les collégiens de la classe de 5ème jusqu’à Condom. Hercule, Sam et Dave, accompagnés par huit sympathiques antenaises vont séjourner à St Exupéry. Cinq kilomètres de transhumance entourés de sourire sous un soleil radieux. Leurs missions sont d’entretenir le terrain, mais aussi un rôle pédagogique afin d’expliquer leurs intérêts sociaux et environnementaux. Berger, je suis très confiant, ils aiment l’aventure, la découverte et l’amour, l’enthousiasme reçus.

Les enfants de la transhumance

Nos animations se mettent en place, elles ont comme objectif de faire partager un moment merveilleux aux enfants. Un moment nature, magique d’accompagner un troupeau qui a plaisir de partager sa vie de pâture. C’est encourageant de continuer ce sentier, nous avons le devoir de laisser un message aux jeunes qui arrivent dans un monde turbulent, un message de bien-être et de simplicité. Nos vies sont trop superficiels, nous avons le devoir de bien s’ancrer sur la terre afin de respirer le bon air la chaleur que nous apportent la laine de nos brebis. Nous renouvellerons cette jolie expérience, il suffit de nous contacter afin que nous vous convions à une autre aventure.

Le déplacement du 19 février 2022

Départ de Tavernes, arivée à la centrale photovoltaïque
Article de La dépêche du midi

Suite à cet article et notre invitation sur notre page FaceBook, nous avons eu l’agréable surprise de partager avec de nombreuses familles et leurs enfants ce beau moment de convivialité. Très secondé par Mady et Libby j’ai pu me consacrer au drone récemment acquis. C’est mes premières vues, j’ai beaucoup à améliorer et comme je suis passionné de photos et d’images et comme dit l’adage : « On n’est jamais mieux servi que par soi-même » alors je vous ferais partager ces ambiances, ma vie de chaque jour.

Sylvie, la tricoteuse

A la l’Uby des Moutons, nous sommes au service de notre élevage, des prairies, et de la vie que génère nos brebis et nos chèvres. Lorsqu’une personne nous veut du mal, nous empêche de créer, de faire de son mieux afin de faire vivre cette nature généreuse, ce n’est pas malheureusement à nous qu’elle est néfaste mais bien à l’ensemble de nos animaux. C’est certainement ridicule de penser de la sorte, peux-être allez-vous nous juger comme beaucoup, étranges mais c’est ainsi que nous concevons notre vision de la vie. L’éleveur que je suis sacrifie son temps chaque jour de l’année sans trop penser à demain afin de donner de l’amour, de la joie autour de moi. Je suis récompensé car la confiance que mon troupeau m’offre est pour moi plus brillant qu’un diamant.

Sylvie est passée, séjourné dans ma vieille maison au vieux quartier de Cazaubon et a su me transmettre un beau message alors que je doutais, que cette laine est belle à porter et réchauffe mon corps bien fatigué de longues journées.

La médiation animal

Depuis plus de deux ans je ne regarde plus la télévision, depuis le jour ou lors d’un reportage au journal de France 2, des dockers du Havre étaient fiers de travailler et de réceptionner des containers de cargos du monde contenant de la nourriture afin de « nourrir les Français ». J’étais consterné de me rendre compte que notre pays, qui était le grenier de l’Europe, était devenu un pays à quémander de la nourriture de mauvaises qualités aux autres pays du monde. Que serions-nous devenus si les cargaisons du monde n’avaient pu approvisionner de mal bouffe les citoyens français ?

Le confinement ne m’a pas affecté, bien au contraire, de nature libre et indépendante, j’ai continué ma routine quotidienne de berger, de paysan né et responsable d’entretenir nos belles prairies et vous nourrir.

J’ai proposé mes services afin d’égayer de mon troupeau le lac de l’Uby, mais j’ai découvert encore la supercherie, une maladie bien politique. Malgré l’ambiance délétère que j’ai avec les élus de la commune. Ceux-ci continuent à transmettre à notre ville une âme bien triste et négative. Alors que ses administrés respirent la bonne humeur et l’accueil chaleureux.

Malgré tout, je continue mon chemin, celui qui mène à la lumière, à la raison. Et toute mon énergie, je la transmet en vous proposant mon modeste avis, mes animations, la vision d’une paysannerie éthique, propre et de qualité.

Je suis à l’opposé de l’agriculture conventionnelle, c’est souvent difficile, car pas du tout compris sauf par celles et ceux qui suivent la vie de là l’Uby des Moutons.

Nous devons retrouver nos racines, nous sommes liés à la terre, nous sommes de simples locataires, notre devoir est de la respecter car elle est généreuse.

Entre pierres et saisons

La médiation des animaux

Nous proposons de vivre une belle expérience, une heure en début d’après-midi à passer au sein de nos troupeaux. Durant cette heure, vous serez directement liés à l’ambiance relaxante et l’énergie que nous transmettent nos brebis et nos chèvres. Vous serez libres d’utiliser cette heure à de multiples activités tant que les animaux auront le sentiment d’être en sécurité. Votre comportement est important, il est souhaitable d’utiliser cette heure à contempler, se reposer, méditer, lire, ou créer un lien entre eux et vous. Plus vous serez calme sans attendre rien en retour, plus vous gagnerez leurs confiances et vous observerez une nature généreuse. Nos endroits sont accessibles aux personnes indépendantes en mobilités, malheureusement les prairies ne sont pas trop adaptées aux fauteuils.

Alice et Gilles

Depuis 2015, Alice et Gilles m’ont gentiment accueillis, les tout premier a avoir eu confiance au concept de notre élevage. Ils sont reconnaissants du travail du troupeau afin d’entretenir leur terrain et leurs hôtes le matin au réveil au son des cloches déjeunent et s’imaginent qu’en fait la montagne n’est pas bien loin. Durant deux années de 2015 à fin août 2016, chaque fin de journée la nuitée était sécurisée. Le troupeau remontait retrouver les familles au pied des gîtes. La journée malgré des promeneurs enthousiastes dégageait plus de stress surtout causé par une politique communale pas du tout impliquée.

Alice me racontait qu’un matin dans la pénombre épaisse apercevoir au milieu du troupeau trois sangliers. La magie de ces moments surprenants confirme qu’il n’y a pas bien loin à comprendre l’harmonie les secrets que vivent chaque jour nos animaux domestiques au sein d’animaux sauvages.

%d blogueurs aiment cette page :