La l'Uby des Moutons

Le 18 janvier 2021

Durant une bonne heure de la centrale photovoltaïque à la chênaie, nous avons déplacé un jeune troupeau. C’était leur première sortie depuis les avoir séparé de leur mère. Composés d’agneaux et d’agnelles intimidés calmement sans stress nous nous sommes baladés de la voie verte à leur nouvelle parcelle. Ils sont habitués depuis leurs naissances dans les prairies de vivre cette expérience car ils n’ont vu de leurs vie que nuits étoilées, et journées ensoleillées. Un moment de contemplation ou la vie, la simple vie généreuse nous encouragent à poursuivre ce chemin lumineux.

Le 2 janvier 2021

Nous voilà de retour à la Ferme Le Petit Soubère. Notre belle Athène et Noirotte attendent un petit et elles avaient du mal à suivre, bien fatiguées. Nous devons être plus attentionnés avec les chèvres, elles se déplacent difficilement. Athène que nous avons élevé au biberon est très inquiète, c’est son premier petit. Elle se retournait régulièrement bêlait me regardait avait besoin de soutien. D’habitude elles sont toujours devant de vrais meneuses mais ce jour nous avons marché à leurs rythmes. Nous avons emprunter la route du Hajet et bifurquer vers l’église et le hameau de Tavernes. Le troupeau restera au calme durant le mois avant de repartir pâturer autour de Cazaubon. Nos mères chèvres resteront à la ferme tant que leurs petits deviennent solides et gaillards. Elles rejoindront le troupeau plus tard dans la saison.

Le 26 décembre 2020

Ce samedi, nous avons déplacé notre troupeau de Bourdieu à le Pité, des terres que nous a proposé Madame Françoise B. De nouvelles prairies déclarés et qui seront certifiés en AB. Plus nous nous déplaçons autour de Cazaubon, plus la vie s’enrichit. Doucement, seul juste par conviction nous avons commencé la libération des sols pollués par la chimie agricole. La guerre sera longue, intense sans répits mais c’est notre douceur de cœur. La traversée du croisement de la N 524 fut angoissant, tellement les véhicules roulent vites. Ils ne sont plus habitués aux animaux. Dans leurs bolides ils foncent droits devant sans curiosités ni contemplations. Je me suis énervé éjectant quelques injures et balbutiements. Enfin sans dommage nous sommes bien arrivés.

%d blogueurs aiment cette page :