Station Verte & Cittaslow

Nous avons eu deux années, 2015 et 2016 pour démontrer au sein de la commune de Cazaubon Barbotan les Thermes l’importance de maintenir les animaux dans les prairies.

Durant plus de deux années, de 2013 à 2014, nous avions élaboré un projet, rédigé un rapport très précis sur les atouts de l’éco-pâturage. Un service qui se voulait pédagogique, et respectueux de la biodiversité mais également social. Il permettait de donner vie aux 30 hectares de terrains que possède la commune autour du lac de l’Uby les valoriser en agriculture biologique, les animer d’un magnifique troupeau.

Cette idée est venu car souvent, avant de devenir éleveur marchant autour du lac, des machines broyaient de belles prairies fleuries de fleurs sauvages et d’orchidées. Ayant connaissance des expériences réussis dans d’autres villes nous avons proposé un projet explicite aux candidats au municipale de la mairie qui avaient répondu à l’époque favorablement. Les élections passées une convention avait été signé lors d’une réunion municipale suite au vote approuvé à l’unanimité.

Les usagers du lac, curistes, touristes et administrés venaient apprécier l’atmosphère bucolique du troupeau lors de promenades. Nous avions également initié une animation afin d’inviter le plus grand nombre aux lac de l’Uby. Ils approuvaient l’action de la commune dont nous ne cessions d’être le porte parole de cette initiative innovante pour le département du Gers.

Nous n’étions non pas des brebis tondeuses, un prestataire de service en jardinerie, une entreprise de broyage mais bien une chance pour cette ville d’utiliser ce lac comme support environnemental afin de sensibiliser le plus grand nombre au respect de la biodiversité et du bien-être animal. Nous n’étions certainement pas présent juste pour brouter l’herbes et ronciers.

Nous avons subi de l’injustice, des comportements de petites envergures qui à force étaient insupportables à vivre et c’est ainsi que fin août 2016 nous avons rompu la convention signée avec la mairie. Il fallait retrouver notre dignité et prendre un autre chemin, de prairies plus ensoleillées. Malgré une très très grande déception, notre berger malgré sa tristesse a surmonté cette épreuve.

Nous ne connaîtrons pas d’ailleurs les raisons, de ces agissements. Les actes ont des conséquences trop souvent malheureuses. Il n’y a eu aucune réunion, aucune discussion possible afin de réfléchir et proposer des relations meilleures. C’est certainement une maladie qui perdure à Cazaubon, l’indifférence.

Pourtant grâce à notre présence la ville aujourd’hui est labellisée « Station Verte » et « Cittaslow », deux labels et un cahier des charges bien explicite en faveur de l’environnement, des producteurs locaux du patrimoine et du bien vivre. Cazaubon ne respecte pas ces cahiers des charges car nous ne sommes jamais invités à participer à aucune festivité, ni animation alors que nous sommes les seuls à avoir une action positive sur les prairies que nous entretenons.

Nous n’existions pas, des parias, à la tête de notre troupeau un berger fantôme sans nom ni étiquette, un étranger dans cette ville. Même le correspondant local du Sud-Ouest a souligné dans ses articles un programme dénué de sens. Il ne sait jamais intéressé à notre présence, un manque d’intérêt et de curiosité. Nous étions au lac durant les fêtes de l’écotourisme en 2015 et 2016, nous n’avons jamais été sollicité dans aucune manifestation locale.

En 2017, malgré notre départ du lac, les élus nous ont demandé une nouvelle fois d’être présent derrière le podium des compétitions d’avirons. La fédération française très impliquée dans le développement durable appréciait cette belle initiative. Ce que nous avons fait, car l’espoir du changement anime nos journées.

De 2018 à 2019, une nouvelle fois au programme de la fête de l’écotourisme nous avions été écarté alors nous avons affirmé sur un article de la dépêche du midi les oubliés de la ruralité en créant une animation ailleurs afin d’alerter la commune qu’il fallait tenir compte de ses acteurs économiques. Mais le problème perdure encore cette année, ils ont décidé d’écarter de la communauté notre magnifique troupeau de brebis landaises et de chèvres pyrénéennes. C’est déconcertant de se rendre compte comment l’homme peut être indifférent au sein de sa ville pour les autres et comment à force l’individualisme prend place. La ruralité se meurt, les villages se désertifient à cause d’une politique de pouvoir aux avantages et accords préférentiels.

Nous continuerons la guerre des ronces et démontrer lors de nos déplacements réguliers comme nous sommes magnifiques et comme nous réjouissons les passant qui nous croisent. Car heureusement aujourd’hui à force d’opiniâtreté, de valeurs et respects de convictions saines, nous sommes reconnus partout en France. Croyez nous, nous ne passons pas inaperçus et nous grandirons toujours plus chaque jour car notre cœur est animé du don de soi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :